ActualitésSécurité

Bukavu attaqué par un groupe d’hommes armés : Le gouverneur qui parle des malfrats et des inciviques, assure que tout est sous contrôle

Congo Rassure Share

Bukavu attaqué par un groupe d’hommes armés : Le gouverneur qui parle des malfrats et des inciviques, assure que tout est sous contrôle


Par Enoch David Aluta et Lwanzo K, CongoRassure

Dans l’est de la République démocratique du Congo, la ville de Bukavu, qui est le fief de la province du Sud-Kivu, a fait face à une tentative d’incursion d’un groupe d’hommes munis d’armes à feu dans la nuit du mardi au mercredi 3 novembre 2021, a alerté le bureau urbain de la société civile.

La structure qui demande dans une annonce publiée dans les premières heures de mercredi, aux habitants de ne pas quitter leurs maisons avant les orientations et les instructions des autorités, a indiqué que c’est à 1 heure du matin que les tirs des armes lourdes et légères ont commencé à retentir.

Jackson Kalimba, numéro un du Bureau urbain de la Société civile de Bukavu, a par ailleurs invité la population au calme et à la prudence, à ne surtout pas céder aux fausses informations et à faire confiance aux services de sécurité. « Attendons les directives et les vraies informations des autorités qui nous rassurent déjà que la situation est sous contrôle. Selon nos sources, des éléments d’un groupe armé connu sous le nom de A64 sont venus pour tenter de libérer les leurs, arrêtés récemment ici à Bukavu », écrit-il.

L’activiste demande également aux habitants de la première ville du Sud-Kivu de continuer à signaler tout cas suspect aux services de sécurité, car ces personnes peuvent encore être présentes dans la ville. « Nous devons nous approprier l’opération d’autocontrôle JICHO KWA JICHO pour lutter contre l’insécurité dans la ville de Bukavu », exhorte-t-il, avant de suggérer aux autorités de transférer d’urgence tous les criminels qui se trouvent dans la prison centrale de Bukavu vers d’autres provinces.

Et alors que la situation reste confuse à Bukavu ce matin, l’armée congolaise, qui confirme l’incursion et assure avoir réagi promptement, demande à la population de rester calme et surtout de ne pas sortir.

Réagissant après la nuit agitée, le commandant de la 33ème région militaire a affirmé que le groupe de rebelles qui a lancé les hostilités était composé d’une quarantaine d’hommes et est arrivé par plusieurs entrées, notamment du côté de Brasserie, Nyamugo et Industriel. Leur intention, a-t-il expliqué, était de « libérer le pays, après avoir tenté de récupérer des munitions dans la base des FARDC. »

Le général de brigade Bob Kilubi a en outre déclaré que ces assaillants, qui parlaient d’une libération, chantaient, dansaient et insistaient pour aller à la Place du 24 et à la 10e région militaire. « Ils tiraient aussi des balles pour essayer de prendre des munitions du côté du CP, mais ils n’ont pas réussi, donc ils sont allés à la Place du 24 et ils voulaient aussi aller à la 10e région. Ils voulaient à tout prix libérer ceux qui ont été arrêtés par la police et qui sont les leurs dans ce mouvement CPC 64 nous avons préféré les contenir pour éviter beaucoup de dégâts au vu des rumeurs qui circulaient. C’est le mouvement CPC 64. »

Pour Théo Ngwabidje, le gouverneur du Sud-Kivu, ceux qui ont tenté de lancer un assaut sur la ville sont des malfrats et des personnes inciviques qui voulaient troubler la paix des habitants dans certains quartiers de Bukavu.

« Grâce à la vigilance et à la promptitude de la PNC et des FARDC, très actives sur le terrain, la situation reste totalement sous contrôle. En attendant de nouvelles instructions, la population de la ville de Bukavu est appelée à garder son calme habituel, à collaborer avec les forces de l’ordre et de sécurité et à vaquer normalement à ses occupations », a déclaré l’autorité provinciale qui salue les efforts des services spécialisés.

Pour l’heure, plusieurs sources non officielles indiquent que les drapeaux de la République démocratique du Congo ont disparu de certains lieux emblématiques de la ville, notamment de la célèbre « Place de l’Indépendance ». Et bien que cela n’ait pas été confirmé par une bouche autorisée, ces sources avancent un bilan de deux morts, l’un à Bagira et l’autre sur la Place de l’Indépendance, ainsi que plusieurs blessés.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
16 × 25 =