ActualitésSécurité

État de siège : C’est une bonne initiative qui a juste connu un mauvais décollage et des imprévus ( réactions des habitants de Beni)

Congo Rassure Share


État de siège : C’est une bonne initiative qui a juste connu un mauvais décollage et des imprévus (réactions des habitants de Beni)


Par Nicole Lufungi –CongoRassure

Le dispositif d’état de siège,  proclamé et instauré dans les provinces du Nord-Kivu et ituri par le Chef de l’État a été majoritairement soutenu par toutes les couches des populations des deux provinces, désireuses de voir un retour de la paix dans leurs régions. Cependant, plus d’un mois après l’entrée en vigueur de l’état de siège, et quelques jours après le début de la deuxième phase du dispositif, les sentiments deviennent de plus en plus mitigés. Certaines personnes disent être déçues et d’autres disent que c’était une décision hâtive qui risque de ne pas porter des fruits escomptés.

« Les autorités devraient d’abord penser à sécuriser les populations dans les zones les plus fréquentées par l’ennemi, avant de prendre quelconque mesure administrative » confie Kakule Mutsuva Clovis, un acteur des droits humains et habitant de Beni.

Pour ce jeune militant, le retard qu’a connu certaines étapes de l’instauration de l’état de siège, serait à la base de la résurgence des tueries, observées actuellement dans le secteur Ruwenzori et dans le territoire d’Irumu, en ituri. « un temps mort a été observé entre la déclaration et la matérialisation de l’état de siège » dit-il. Avant d’expliquer, « certaines autorités militaires nommées, ne sont pas encore arrivées dans leurs zones d’affectation, à quoi bon d’agir dans la précipitation et proclamer un dispositif si important qu’est l’état de siège si les moyens ne sont pas encore réunis et si les acteurs principaux ne sont pas encore prêts d’agir. » « L’ état de siège, pourtant une bonne initiative, a malheureusement connu un mauvais décollage, l’ennemi continue de tuer la paisible population sans être inquiété.»Pour lui, le gouvernement a du pain sur la planche, le temps presse et l’armée doit matérialiser sa mission.

Si pour certains, l’état de siège a connu un retard dans sa matérialisation, pour d’autres, il est important de considérer les imprévus qui ont tout ralenti. « C’est le cas de l’éruption volcanique du Nyiragongo » soutient Sivanzire Benjamin, étudiant à l’université officielle du semuliki et résident à Beni. « À l’improviste, la catastrophe naturelle de l’éruption est venue handicaper le processus qui était déjà lancé, toutes les autorités affectées à Goma pour pallier aux problèmes sécuritaires, se sont trouvées dans l’obligation de riposter d’abord à la crise humanitaire à Goma le lendemain de l’éruption » explique le jeune homme. «Cette situation a pesé sur le reste de la province car les grandes décisions proviennent particulièrement du chef lieu.»

Il dit espérer cependant que le temps perdu sera vite rattrapé et que l’ennemi soit enfin mis hors état de nuire.

La première phase ayant expiré le 6 juin dernier, le délai de l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri a été prorogé de 15 autres jours par le Chef de l’Etat, avec l’accord du parlement.

Cette prorogation risque d’être continuelle au vu des problèmes d’insécurité non négligeables dans la région , a confié le président félix Antoine TSHISEKEDI, s’exprimant dernièrement devant les sénateurs.

Dans les rues de Beni, les réactions sont multiples face à cette nouvelle. « Irons-nous nous de prolongation en prolongation sans tenir compte de réalités sur terrain? » s’est interrogé Paluku Bienvenue, conducteur de taxi et habitant à Beni. «Nous risquerions de tourner autour d’un même point, l’ennemi ne nous laisse pas dormir, il est temps que le gouvernement s’implique réellement et que l’armée se mette au travail » a-t-il recommandé.

« Sur place à Beni, les rebelles de L’ADF  n’ont pas dit leur dernier mot, les tueries continuent de s’amplifier dans plusieurs contrées » a déclaré Meleki Mulala, Coordonnateur de la nouvelle société civile noyau du secteur Ruwenzori. « Dans moins d’un mois, plus de 60 civils ont été tués lors des attaques menées contre plusieurs villages dans le secteur Ruwenzori ». Selon lui, la situation est tellement préoccupante et les populations sont entrain de vider leurs villages.

Rappelons que c’est depuis le 6 mai dernier, que le dispositif d’état de siège a été mis en place dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.  La zone continue pourtant d’enregistrer des cas de tueries massives en dépit de toutes les dispositions mises sur pied par les autorités militaires désormais à la tête de ces deux provinces.

L’armée quant à elle, a, dans une communication de ce mercredi 9 juin sur la chaîne nationale, annoncé avoir récupéré, des suites de plusieurs opérations importantes, plusieurs localités et villages autrefois occupés par les rebelles ADF.

« Au Nord-Kivu, nous avons contrôlé et occupé toutes les places fortes de l’ADF. 35 ADF ont été neutralisés dont 14 étrangers, 5 leaders capturés » a révélé à cette occasion le porte-parole des Forces Armées de la République Démocratique du Congo.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
29 − 21 =