ActualitésSociété

Interdiction de diffusion des chansons Nini to sali te et Lettre à Ya Tshitshi : Le gouvernement “surpris”, assure que la décision n’émane pas de lui

Congo Rassure Share

Interdiction de diffusion des chansons Nini to sali te et Lettre à Ya Tshitshi : Le gouvernement “surpris”,  assure que la décision n’émane pas de lui


Par Lwanzo Kasoki, CongoRassure Kinshasa

Depuis mardi soir, une polémique enfle sur la toile en République démocratique du Congo suite à l’interdiction de la diffusion des chansons Nini to sali te et Lettre à Ya Tshitshi par la commission nationale de censure des chansons et spectacles.

Accusé d’être à l’origine de cette interdiction, le gouvernement central a finalement réagi par l’intermédiaire de son porte-parole et ministre congolais de la Communication, Patrick Muyaya Katembwe.

La bouche autorisée de Kinshasa a déclaré que c’est une décision qui a également surpris l’exécutif central. « Si j’étais le producteur de cette chanson, je serais très heureux car elle est le sujet de toutes les conversations », a-t-il commenté, avant de se demander pourquoi le président de la République se sentirait touché ? « Nous nous sentons visés parce que nous incarnons l’État »

Face à la déferlante de messages de désapprobation de cette décision d’interdiction de diffusion, Patrick Muyaya a tenu également à préciser que cette décision de censurer les chansons ne vient pas du gouvernement. « Dans le changement de narratif que nous prônons, chaque citoyen est libre d’exprimer son opinion sous réserve des dispositions légales. »

Pour rappel, la commission, qui a interdit aux chaînes de télévision, radios et autres moyens de communication installés sur le territoire congolais de diffuser ces deux chansons, a indiqué qu’un dossier judiciaire a même été ouvert.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
11 + 6 =