ActualitésSanté

La RDC déclare l’épidémie de la Méningite après le décès de 129 personnes sur 267 cas listés dans la Tshopo

Congo Rassure Share

La RDC déclare l’épidémie de la Méningite après le décès de 129 personnes sur 267 cas listés dans la Tshopo


Alors que la République Démocratique du Congo lutte encore contre la pandémie du coronavirus, les autorités congolaises ont déclaré le 7 septembre l’épidémie de la méningite dans la province de la Tshopo, dans la partie Orientale du pays.

« À ce jour, le nombre de cas a atteint 267, dont 129 décès, soit un taux de létalité de 48,3%. La tranche d’âge la plus touchée est celle des plus de 15 ans » a déclaré le ministre Congolais de la Santé Jean-Jacques Mbungani, ajoutant que dix-neuf échantillons de liquide céphalo-rachidien ont été prélevés et envoyés au laboratoire Pasteur de Paris, en France. « Les premiers résultats sont sortis en date du 06 septembre 2021 et confirment la présence de Neisseria Miningitidis sérogroupe W », a-t-il precisé.

Même si la situation semble à première vue alarmante, le ministre Mbungani a tenu à rassurer qu’une fois alerté, le gouvernement a entrepris plusieurs actions sur terrain. L’autorité sanitaire a notamment évoqué le renforcement de la surveillance épidémiologique, l’isolement et la prise en charge des cas ainsi que la sensibilisation des communautés. « Une équipe travaille déjà sur le terrain pour soutenir la province et une deuxième équipe se prépare à renforcer l’appui technique », a-t-il indiqué.

La directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Afrique, Dr Matshidiso Moeti, dont l’organisation a également confirmé cette épidémie , a déclaré que la méningite est une infection grave et un problème majeur de santé publique. « Nous agissons rapidement, livrons des médicaments et déployons des experts pour soutenir les efforts du gouvernement afin de maîtriser l’épidémie le plus rapidement possible », a souligné l’humanitaire.

Une enquête menée début juillet 2021 dans l’aire de santé de Panga, dans la zone de santé de Banalia, au nord de Kisangani, a révélé ce problème de santé publique, selon un communiqué des autorités sanitaires congolaises. Le ministre Mbungani a révélé que grâce à cette enquête il a été découvert que la majorité des malades présentaient « la fièvre, des céphalées, la raideur de nuque, des difficultés d’expression et conduisant pour certains cas à la mort ».

Par la Rédaction

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
48 ⁄ 24 =