ActualitésSociété

Mbujimayi : La Lucha s’étonne que certains policiers déployés pour s’assurer du port des masques n’en portent pas non plus

Congo Rassure Share

Mbujimayi : La Lucha s’étonne que certains policiers déployés pour s’assurer du port des masques n’en portent pas non plus


Image d’illustration. ©Ph.Droits tiers.

Déploiement dans les principales artères de la ville de Mbujimayi, au Kasaï-Oriental, ce mercredi 12 juillet, d’éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC), pour faire respecter le port du masque, devenu obligatoire, et faire respecter les mesures barrières pour lutter contre la propagation de la troisième vague du coronavirus.

Pour le point focale du mouvement citoyen de Lutte pour le changement (LUCHA), à Mbujimayi, c’est incompréhensible que parmi les éléments vus devant les checkpoints à travers la ville, on note la présence des policiers sous-équipés et certains ne portent même pas des masques.

Réagissant ce matin dans un échange avec CongoRassure, sur ce déploiement des policiers à Mbujimayi, Nicolas Mbiya, s’est dit surpris que des policiers soient déployés dans la ville, à l’ère de la pandémie du Coronavirus, sans être équipés des matériels de protection.

Selon lui, « comment peut-on déployer des policiers sur le terrain pour faire respecter les mesures barrières contre la Covid-19, et certains policiers n’ont même pas de masques ».

Il s’interroge si les policiers déployés dans les artères du chef-lieu de la province, dans la mission de faire respecter les mesures barrières contre la Covid-19 à Mbujimayi, ne sont pas « exposés à la Covid-19 aussi ».

« C’est un paradoxe car c’est exposer les éléments de l’ordre à la maladie aussi. Quel exemple vont-ils donner à la population ? Avec cela, personne ne prendra cette opération au sérieux », a déclaré ce membre de la Lucha.

À Mbujimayi, comme ailleurs au Kasaï Oriental, le port du masque est devenu obligatoire, suite à une décision du gouverneur par intérim, Madame Jeannette Longa Muswamba. Les contrevenants sont invités à payer une amende de 2 000 FC, selon son arrêté provincial signé le 14 juillet 2021.

Par la Rédaction

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
13 + 14 =