ActualitésSécurité

Plus de 600 civils tués à Beni-Ituri depuis l’instauration de l’état de siège : Il faut une enquête internationale indépendante pour établir les faits des crimes depuis 2014

Congo Rassure Share

Plus de 600 civils tués à Beni-Ituri depuis l’instauration de l’état de siège : Il faut une enquête internationale indépendante pour établir les faits des crimes depuis 2014 (Mémorandum)


Des jeunes originaires de l’Est de la République, principalement des provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, sont descendus dans la rue le lundi 13 septembre 2021 dans la capitale Kinshasa, pour exprimer leur ras-le-bol suite à la persistance des tueries de civils dans cette partie du pays.

Vêtus de sacs blancs et brandissant des banderoles avec des messages, les manifestants sont partis de la place des Evolués vers le Palais de la Nation et le Palais du peuple où ils ont adressé un mémorandum au président de la République et au président de l’Assemblée nationale.

Pour Clovis Mutsuva, l’un des participants à cette manifestation, « la crise qui prévaut dans la région de BENI-ITURI nécessite la mobilisation de toute la république. Selon ce jeune activiste, « plus de 600 civils ont été tués depuis le mois de mai dernier, portant à plus de 8 000 le nombre de civils massacrés depuis 2014.Il exige des autorités la mise en œuvre des mesures appropriées pour mettre fin à ces atrocités.

En plus du bilan sécuritaire, le document envoyé au président de la République comprenait également des recommandations et des pistes de solutions au problème de l’insécurité dans cette région du pays. Il s’agit notamment de :

– La levée de l’état de siège et son remplacement par une stratégie plus efficace.
– Aux dirigeants de l’état de siège, de s’abstenir de la répression et des violations des droits des citoyens.
– L’application de l’article 63 de la Constitution en matière d’auto prise en charge
– L’ouverture d’une enquête internationale indépendante pour établir les faits et les responsabilités des crimes commis à Beni et en Ituri depuis 2014.
– Déclarer la région touchée zone sinistrée et l’exempter des taxes sur les activités socio-économiques.
– Ériger un mémorial et déclarer une journée à la mémoire de toutes les victimes des tueries.
-Sécuriser les villages et les lieux publics abandonnés.

Depuis 2014, la ville et le territoire de Beni au Nord-Kivu ainsi que le territoire d’Irumu en Ituri, sont secoués par une série de massacres contre les populations civiles.

Ces atrocités, attribuées aux rebelles ADF, ont déjà fait plus de 8000 morts, plusieurs centaines de disparus et des centaines de villages abandonnés. Cette situation a eu de graves répercussions sur la population locale, notamment la pauvreté, la délinquance juvénile et la prolifération des violations des droits de l’homme et des droits de l’enfant, selon des sources de la société civile.

Cependant, le gouvernement central tente toujours de contenir la situation par des opérations militaires, qui n’ont malheureusement pas encore eu l’effet escompté sur la violence, qui s’étend actuellement à d’autres régions.

Par Nicole Lufungi

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
7 × 30 =