Ancien ministre Eteni Longondo
ActualitésJustice

RDC : Accusé de détournement de fonds, l’ancien ministre congolais de la Santé bénéficie d’une liberté provisoire

Congo Rassure Share

RDC : Accusé de détournement de fonds, l’ancien ministre congolais de la Santé bénéficie d’une liberté provisoire


L’ancien ministre congolais de la Santé du gouvernement du Front commun pour le Congo de Joseph Kabila et de la coalition Cap pour le changement de Félix Tshisekedi a été mis en liberté provisoire mardi 14 septembre.

Accusé de détournement des Fonds alloués à la lutte contre la pandémie de la Covid-19 par l’inspection générale des Finances, Eteni Longondo, qui est un cadre du parti présidentiel, avait été placé sous mandat d’arrêt provisoire et détenu depuis fin août au Centre pénitentiaire de rééducation de Makala, dans la capitale Kinshasa.

Un peu plus de deux semaines plus tard, bénéficiaire d’une liberté provisoire, l’ancien ministre de la Santé publique, de l’Hygiène et de la Prévention, Eteni Longondo, a quitté la prison centrale de Makala, selon son avocat Pulusi Eka Pulusi Hugues, qui précise également que l’instruction va se poursuivre.

Une libération provisoire qui fâche certains

Une libération qui n’est pas du goût de tout le monde, notamment du Me Jean Claude Katende, président national de l’ASADHO, qui lors de l’arrestation du Dr Eteni Longondo le 27 août dernier, avait déclaré : « Nous devons rester mobilisés pour que l’arrestation d’ETENI ne soit pas de la poudre aux yeux. On l’arrête pour quelques jours, puis on le libère provisoirement et enfin, l’affaire est terminée. Les citoyens doivent être vigilants pour que tous ceux qui détournent l’argent public rendent des comptes. »

Ce jour, celui qui se targue d’avoir été prophète concernant la suite du dossier accablant de l’ancien ministre et cadre supérieur du parti présidentiel, n’a pas pu cacher sa colère. Pour lui, les tenants du pouvoir pensent que les Congolais sont des enfants. « J’avais déjà dit qu’Eteni allait être  arrêté pour du théâtre et qu’il allait être libéré comme cela vient de se passer.  Ceux qui me suivent s’en souviennent.  C’est ainsi que fonctionne l’Etat de droit. Nous avons compris », a-t-il déclaré.

Que reproche-t-on au ministre honoraire de la santé ?

Il y a un peu plus d’un an, l’Inspection générale des finances (IGF) soupçonnait l’ancien ministre de la Santé Eteni Longondo d’avoir détourné des fonds destinés à la lutte contre la pandémie de coronavirus en République démocratique du Congo. En août 2020, la police des finances avait avancé un montant estimé à plus ou moins 6 millions de dollars américains et que seuls 2 des 8 millions de dollars américains alloués par le gouvernement avaient été tracés.

L’IGF avait déclaré à l’époque avoir constaté des actes de mauvaise gestion ponctué par un manque flagrant des pièces justificatives des dépenses effectuées dans le cadre de la riposte anti-Covid 19.

Allégations démenties par le docteur Eteni Longondo, affirmant que les éléments requis par l’inspection générale des Finances étaient disponibles mais étaient en cours de vérification par ses services au moment de l’audit.

Et face à la polémique qui enflait après le rapport de l’IGF, trois mois plus tard, en novembre 2020, à la surprise générale, ce haut cadre du parti au pouvoir avait reversé au trésor public un peu plus de 720 000 dollars représentant, selon lui, « la prime payée en trop, la différence sur la décontamination du siège du parlement ainsi qu’un double paiement effectué par la Banque centrale du Congo ».

 

Par Lwanzo Kasoki, Kinshasa

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
15 + 22 =