ActualitésJustice

RDC – Affaire Bukangalonzo : Le procès de l’ancien Premier ministre Matata Mponyo s’ouvre le 25 octobre prochain

Congo Rassure Share

RDC – Affaire Bukangalonzo : Le procès de l’ancien Premier ministre Matata Mponyo s’ouvre le 25 octobre prochain


Soupçonné de détournement de fonds publics, Matata Mponyo va enfin passer à la barre. La date de son procès est fixée au 25 octobre, à en croire des sources de la cour constitutionnelle, citées par Politico.cd.

L’ancien Premier ministre de la RDC et actuel sénateur est impliqué dans la débâcle financière du Parc agro-industriel de Bukanga Lonzo, ayant englouti plus de 100 millions de dollars, avait indiqué l’Inspection générale des finances (IGF).

Cette annonce de sa comparution fait suite à ces accusations et après que la chambre haute du parlement a levé ses immunités dans une autre affaire de détournement présumé, d’où il était sorti blanchi.

Cependant, en ce qui concerne le projet du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo qui remonte à février 2014 avec le lancement du projet, ce dernier n’ayant pas abouti, c’est sous le mandat de Félix Antoine Tshisekedi que l’Inspection Générale des Finances (IGF) a ouvert des enquêtes pour découvrir les facteurs qui ont causé l’échec dudit projet.

Le rapport produit par l’IGF à l’issue de ses enquêtes est truffé des révélations qui pointent vers le sénateur Mapon et l’accuse d’être l’auteur intellectuel à l’origine de l’effondrement de cette initiative gigantesque puisqu’il serait intervenu dans la conception, la planification et le décaissement de plus de 83% des fonds.

l’ancien premier ministre congolais est cité dans plusieurs autres affaires, notamment

– le choix de la société sud-africaine AFRICOM, qui n’avait que trois ans au moment de la signature du contrat

– le détournement de 7.392.192.577 CDF, soit 7.989.408,08USD, qui était destiné à l’achat de la machine Ultimate Bulding pour le compte du Parc agro-industriel.

– d’avoir initié le décaissement d’une Somme estimée à 510.883,84USD au profit de la société Desticlox au titre de frais de gestion, sans titre ni qualité à la tête de cette dernière car le contrat de gestion a été signé avec la Société AFRICOM.

– complicité de détournement de fonds par les engagements et paiements de sommes au titre de la libération du capital social au-delà du montant de la quote-part due par l’Etat congolais dans les sociétés Parcagri SA, Separgri SA et Marikin SA.

Comme un début de sa défense, le Premier ministre honoraire a insisté sur le fait que la Primature et le chef du gouvernement n’ont en aucun cas été impliqués dans la gestion des fonds du projet. C’est la société Africom qui, selon Matata Ponyo, « était seule responsable de l’exécution technique et financière du projet sur la base du contrat dûment signé entre elle et les quatre membres du gouvernement », a-t-il déclaré dans une déclaration transcrite dans le rapport de l’IGF.

Il convient de noter que le sénateur Matata Ponyo n’est pas le seul à être cité dans cette affaire. Parmi les personnes citées figurent également l’actuelle députée nationale Louise Munga, ministre du portefeuille à l’époque ; l’actuelle sénatrice Ida Kamonji, à l’époque directrice générale du Parc Agri ; Matondo Mbungu, directeur général du Bureau central de coordination (BCECO) ; et bien d’autres qui seront bientôt révélés au grand public.

Cependant, l’entourage du sénateur Matata Ponyo ne semble pas convaincu par les faits reprochés à l’ancien Premier ministre et estime que la justice est partielle.

Par Nicole Lufungi

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
30 × 25 =