ActualitésPolitique

RDC/désignation des dirigeants de la CENI : deux scénarios peuvent résulter du nouvel échec des négociations entre confessions religieuses (Prof. Kahindo Muhesi)

Congo Rassure Share

RDC/désignation des dirigeants de la CENI : deux scénarios peuvent résulter du nouvel échec des négociations entre confessions religieuses (Prof. Kahindo Muhesi)


Désignation des nouveaux dirigeants de la Commission électorale nationale et indépendante (CENI) en République démocratique du Congo. Les confessions religieuses n’ont toujours pas trouvé de compromis malgré les 72 heures supplémentaires qui leur ont été accordées par l’assemblée nationale et qui ont expiré lundi 5 octobre.

Pour le professeur Kahindo Muhesi Augustin, politologue et maître de conférences à l’Université catholique de Graben, deux scénarios peuvent résulter du nouvel échec des négociations enregistré le week-end dernier par les princes de l’église concernant la nomination du nouveau président de la CENI.

« Le premier scénario serait de demander aux confessions religieuses de se réunir sous l’égide d’un médiateur de la société civile ou du moins d’un médiateur indépendant, qu’il soit congolais ou étranger. Si ce scénario est choisi, le délai serait prolongé. Le deuxième scénario possible serait que l’assemblée nationale se saisisse de la question. Le parlement, dans son ensemble, pourrait inscrire la question à l’ordre du jour. Et enfin demander l’avis des députés », a déclaré l’enseignant à la Faculté des sciences sociales, politiques et administratives de l’UCG.

Concernant la demande faite lundi 5 octobre par le secrétaire général de la CENCO, l’abbé Donatien Nshole aux députés nationaux de bloquer tout procès-verbal entaché d’irrégularités sanctionnant ce processus qui pourrait leur être présenté pour ratification, le professeur Kahindo Muhedi estime que cette demande est loin de faire l’unanimité au sein de la chambre basse du parlement.

« Ce sera toujours un choix difficile que l’Union sacrée fera. Elle pourrait dire que nous avons donné suffisamment de temps aux confessions religieuses pour s’organiser et qu’elles ne sont pas capables de le faire. Nous décidons donc de soutenir la candidature de celui qui est là. Ce ne sera pas facile, même si cela semble être le cas. Car il y aura certainement beaucoup d’agitation qui se poursuivra. Il y a aussi un autre débat sur la représentation de l’opposition », a commenté le politologue.

Il faut rappeler qu’aucun accord sur la nomination du nouveau président de la CENI n’a été trouvé par les huit confessions religieuses lors de leur dernière réunion, et ce, malgré un délai supplémentaire de 72 heures qui a expiré lundi dernier et qui leur a été accordé par l’Assemblée nationale.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
10 × 24 =