ActualitésEconomie

RDC : L’ACAJ demande au gouvernement de nommer un dirigeant compétent à la tête de la SCPT afin de résoudre le problème entre les ports maritimes privés et publics

Congo Rassure Share

RDC : L’ACAJ demande au gouvernement de nommer un dirigeant compétent à la tête de la SCPT afin de résoudre le problème entre les ports maritimes privés et publics


L’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) salue les mesures prises lors de la vingtième réunion du Conseil des Ministres, relatives à la restauration de l’autorité de l’Etat dans le secteur maritime par la fermeture des ports privés illégaux.

L’ACAJ encourage la ferme détermination du Chef de l’Etat à assainir ce secteur crucial, caractérisé depuis plusieurs années par une négligence tolérée et préjudiciable à l’économie nationale.

D’autre part, l’organisation note que la concurrence déloyale qui a motivé la mesure gouvernementale est malheureusement le résultat de plusieurs facteurs qui entravent la performance et la compétitivité des ports maritimes publics de Boma, Matadi, et Banana. « Il s’agit principalement d’infrastructures et d’équipements de manutention devenus obsolètes et peu adaptés pour répondre aux exigences modernes d’une exploitation portuaire », précise l’ACAJ.

Outre les facteurs précités, les retards d’accostage et le mauvais service à la clientèle sont également à l’origine de la concurrence entre les ports privés et publics.

Or, « le manque de compétitivité des ports publics concédés à la société commerciale des transports et des ports (SCTP) ainsi que la mauvaise gestion expliquent la désertion des ports publics au profit des ports privés qui semblent plus compétitifs dans le traitement des différentes cargaisons », explique l’ACAJ.

Ainsi, afin de résoudre durablement le problème de la coexistence entre ports maritimes privés et publics, l’ONG suggère au gouvernement congolais d’une part de nommer un Leadership compétent et transformationnel à la tête de la SCTP et d’autre part, de mettre en place de toute urgence une autorité nationale de régulation de l’activité maritime et portuaire en RDC.

Pour la structure, cela va permettre au gouvernement d’avoir l’avantage de régler toutes les préoccupations en rapport avec la concurrence déloyale dont les ports
maritimes publics sont victimes de la part des ports maritimes privés. « Pour ce
faire, et en tenant compte de leur vocation commerciale, on pourrait recourir à
la spécialisation des ports existants dans le traitement de diverses cargaisons » souligne-t-elle.

Lors de la 20e réunion du Conseil des ministres tenue le vendredi 17 septembre, le Président Félix Tshisekedi avait réitéré son instruction donnée depuis le 9 octobre 2020, visant la fermeture des ports privés illégaux et clandestins.

Le président avait alors demandé au ministre de l’Intérieur, de la Sécurité et de la Décentralisation, au ministre de la Justice et au ministre des Transports, de la Communication et du Désenclavement de fournir un rapport détaillé lors de la prochaine réunion du Conseil des ministres pour mettre fin à cette anarchie.

Par ailleurs, un contrôle approuvé de tous les ports est une question de sécurité nationale et de protection du peuple congolais, avait indiqué le chef de l’Etat.

Par Nicole Lufungi

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
7 − 5 =