ActualitésEducation

RDC : Les facultés de médecine non viables seront fermées (Ministre de l’ESU)

Congo Rassure Share

RDC : Les facultés de médecine non viables seront fermées (Ministre de l’ESU)


A l’Université de Lubumbashi, dans le Haut-Katanga, où se déroulent les travaux des états généraux de l’enseignement supérieur et universitaire, le ministre Muhindo Nzangi, a annoncé lundi 13 septembre, la fermeture prochaine des facultés de médecine qui seront considérées comme non viables.

Cette position du ministre de l’ESU est également soutenue par l’ordre des médecins, représenté dans ces travaux par le Dr Nsadi. Selon le président de cette structure, « il est urgent de fermer les facultés non viables »

Une lecture appuyée par l’enquête de viabilité que l’ordre des médecins a menée en 2019. « Il faut soit fermer, soit fusionner les facultés qui ne répondent pas aux critères », a également déclaré le Dr Nsadi, soulignant que face au manque de formation, l’ordre a décidé de soumettre tout titulaire de diplômes de médecine à un test avant l’inscription au tableau de l’ordre.

Pour sa part, le ministre de l’ESU Muhindo Nzangi a invité l’assistance à s’approprier les résultats des enquêtes menées par l’ordre, car ils reflètent, selon lui, l’état actuel des institutions qui organisent la médecine.

« Nous devons tous nous accorder sur les solutions à apporter, car tout le monde peut être malade un jour, ne pas être soigné par une personne qualifiée est un grand risque. Nous devons donc réfléchir à la manière de réorienter les étudiants des établissements qui seront fermés ou fusionnés », a-t-il expliqué.

Quelques heures avant la fin de l’assemblée générale, plusieurs présentations étaient inscrites à l’ordre du jour, dont celle de l’ordre des médecins, des partenaires soutenant l’enseignement supérieur dont l’UNESCO, de l’agence de qualité ANAQ-ESU et PEQPESU.

Les experts invités à ces rencontres ont dressé un tableau peu flatteur de la structure organisationnelle de la Faculté de médecine et du contenu de l’enseignement en République démocratique du Congo.

D’autres interventions ont porté sur le contrôle de la qualité, présentée par le Professeur Constant Nkiama, ainsi que sur la contribution de SPACE par M. Hamissou Oumar et enfin il y a eu l’intervention du Professeur Jean-Marie Kayembe sur la question : « quelle université pour l’avenir ? »

Par la Rédaction

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
24 ⁄ 1 =