ActualitésPolitique

RDC : Six représentants religieux logés dans un hôtel huppé de Kinshasa, « Mais par qui ? » voudrait savoir Eric Nsenga

Congo Rassure Share

RDC : Six représentants religieux logés dans un hôtel huppé de Kinshasa, « Mais par qui ? » voudrait savoir Eric Nsenga


Les dissensions entre les représentants religieux appelés à désigner deux membres de la centrale électorale, dont le président et par ricochet, le remplaçant de Corneille Nanga, prennent l’allure de parties de ping-pong entre deux factions.

Le premier groupe, constitué de deux confessions religieuses notamment les catholiques ainsi que les protestants de l’Eglise du Christ au Congo ECC et qui se disent majoritaires au regard du nombre de leurs membres à travers la RDC, est revenu à la charge le jeudi 7 octobre.

Sans passer par quatre chemins, Eric Nsenga, porte-parole de l’ECC et l’abbé Donatien N’shole, secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), ont pointé du doigt le groupe des six et les ont accusés d’être à l’origine des blocages observés actuellement dans le processus de désignation.

Soulevant le flou qui entoure ce processus, Eric Nsenga est allé plus loin, faisant une grave révélation, en indiquant à la presse que la commission mixte se trouve à l’hôtel du fleuve Congo et que les six leaders religieux sont également logés dans le même hôtel.

« Qui paie la note ? Les journalistes doivent aussi aider. Leur travail est très important. Je me pose des questions en tant que citoyen congolais. Je marche seul. L’abbé N’shole aussi. Je n’ai ni policier ni garde du corps. Comment expliquez-vous que lorsque nous sommes en crise, nous parlons des candidats, et qu’en même temps les six chefs religieux et les membres de la commission mixte sont logés à l’hôtel du fleuve ? Qui paie l’hôtel du fleuve ? », a-t-il demandé.

Selon lui, il est crucial que les représentants religieux disent la vérité et ceux-ci doivent assimiler qu’ils ont l’obligation de réglementer la moralité publique. Le porte-parole de l’ECC a par ailleurs déclaré qu’ils doivent être conscients et responsables de ce qu’ils font en ce qui concerne l’histoire de ce pays.

« Pourquoi avons-nous décrié les élections précédentes ? Ces politiciens viennent nous voir pour nous féliciter. Hier, le FCC nous a attaqués. Lorsque nous avons bloqué Malonda, que n’avons-nous pas entendu, quelles pressions n’avons-nous pas subies ? Aujourd’hui, est-ce que le FCC peut nous condamner ? », poursuit Eric Nsenga, tout en rappelant que dans les années passées, c’est l’UDPS qui appréciait le travail qu’ils faisaient.

« Nous sommes une institution intemporelle. Les régimes vont et viennent. La vérité n’a pas de date d’expiration. Même si vous êtes un million, vous ne pouvez pas former une majorité dans un mensonge. Vous ne pouvez pas former une majorité dans l’erreur. La vérité reste la vérité. Nous la défendrons même si nous sommes seuls. L’argent n’est pas plus important que notre vocation », a conclu l’ecclésiastique.

Par la Rédaction

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
25 + 1 =