ActualitésSociété

Sud-Kivu : paralysie des activités à Baraka après la mort d’un préfet d’école

Droits tiers
Congo Rassure Share

Sud-Kivu : paralysie des activités à Baraka après la mort d’un préfet d’école


Le préfet de l’institut de Baraka de son vivant

Les activités sont restées paralysées toute la matinée de ce mercredi 21 juillet 2021 dans la ville de Baraka au Sud-Kivu, ceci après que la police a utilisé des balles pour disperser les étudiants de l’institut de Baraka. Ceux-ci ont barricadé toutes les artères de la ville après le décès de leur préfet.

À en croire ces élèves déchaînés, leur préfet n’est pas mort naturellement et par contre a été ensorcelé par des personnes de mauvaise volonté.

« Nous voulons connaître la cause de la mort de notre préfet, il est impossible de comprendre comment il est mort, s’il a été tué par un membre de sa famille ou bien par un de nos professeurs nous le saurons » a déclaré à CongoRassure , un élève qui a requis l’anonymat.

Face à la situation, la société civile de la ville de Baraka a condamné l’usage des armes par les forces de l’ordre pour disperser les jeunes manifestants. La structure citoyenne demande également une autopsie du corps de l’illustre disparu pour connaître la cause du décès de cette autorité scolaire.

« Nous condamnons le manque de professionnalisme avec lequel la police a dispersé les élèves de l’institut de la ville de Baraka aujourd’hui. Après la mort inattendue de leur préfet, il est impossible d’utiliser des balles, il faut utiliser des gaz lacrymogènes pour étouffer la manifestation. Mais aussi, il est difficile d’évaluer les résultats de cette action »,  a déclaré Amani Ibala, membre de la société civile urbaine de la ville de Baraka.

Pour l’instant, d’autres sources non officielles confirment qu’il y a eu quelques interpellations parmi les manifestants.

Par Enoch David

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
16 + 1 =