ActualitésSécurité

Uvira : Des maï-maï et Red Tabara ont enlevé une trentaine de femmes Banyamulenge à Bijombo

Illustration. Une femme dans un camp des déplacés au Sud-Kivu. ©HCR
Congo Rassure Share
Illustration. Une femme dans un camp des déplacés au Sud-Kivu. ©HCR


Uvira : Des maï-maï et Red Tabara ont enlevé une trentaine de femmes Banyamulenge à Bijombo


Par Enoch DavidCongoRassure

Des combats ont opposé en date du 29 mai 2021, des groupes armés maï-maï alliés au Red Tabara au groupe armé Makanika dans plusieurs villages de la localité de Murambya, groupement de Bijombo, chefferie bavira en territoire d’Uvira au Sud-Kivu.  

Des sources locales de la société civile font état de plusieurs villages attaqués par des maï-maï et des personnes issues de la communauté banyamulenge ciblées et  kidnappeés.  

M. Enock Ruberingabo Sebineza, coordonnateur du mouvement de solidarité aux victimes de la guerre des hauts-plateaux d’Itombwe, a dans une alerte faite le lundi 31 mai, dressé un bilan de “39 personnes kidnappées.” Parmi elles, des femmes et des enfants.   

 Il regrette que ces attaques se soient déroulées non loin de “9 positions des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, disséminées dans le groupement de Bijombo, sans aucune intervention.

Le mouvement de solidarité aux victimes de la guerre des hauts-plateaux d’Itombwe condamne ces opérations dirigées contre la communauté banyamulenge et exige  la libération de ces otages en captivité et un arrêt définitif de ces violences qui durent depuis plus de quatre ans dans les hauts plateaux des territoires de Fizi, Uvira et Itombwe/Mwenga. 

M. Enock Sebineza alerte également le président de la République, Félix Tshisekedi afin de retrouver toutes ces personnes kidnapées, protéger les rescapés de ces massacres et otages, mais aussi protéger la communauté banyamulenge, qui selon lui, est la cible d’extermination de la coalition régionale des mai-mai alliés au Red Tabara burundais. 

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure